• Une honte pour les dirigeants africains

    Une honte pour les dirigeants africains

    africains sur la Méditerranée

    Texte : H. Bangi Bayo (AEM), Photos : all4all.org mercredi 3 mai 2006 Herman Bangi Bayo(AEM)

    Les tristes événements des clandestins africains sur le territoire marocains et les enclaves espagnoles de Céuta et Melilla, ont jeté l’anathème sur la capacité, pour ne pas dire la volonté , des dirigeants africains d’apporter des solutions adéquates aux problèmes cruciaux qui minent le développement de ce continent. L’assaut des hordes de clandestins prêtes à tout pour franchir la Méditerranée, avec tous les risques que cela représente, traduit le désespoir des gens désemparés par le manque de répondant de leurs dirigeants face aux besoins les plus élémentaires et à leurs droits fondamentaux. Cette situation déplorable interpelle également la communauté internationale, plus particulièrement les puissances occidentales qui ont une part de responsabilité sur la déliquescence du continent africain.

    La scène des clandestins qui prennent en masse l’assaut des barbelés qui délimitent les frontières espagnoles, au risque de leurs vies, a choqué plus d’un et le traitement leur réservé a été à la limite inhumain. Certains clandestins ont été abattus, d’autres transportés loin dans le désert sans aucune assistance. Et ce comportement n’est entre autres qu’un crime contre l’humanité car les autorités marocaines avaient donné le mot d’ordre à leurs compatriotes de ne pas venir en aide à ces africains sub-sahariens. La communauté internationale et les organismes internationaux ont mis du temps pour leur venir en aide, tandis que les autorités politiques des pays d’origine n’ont réagi que tardivement et timidement après que cela ait créé un scandale de voir ces gens abandonnés à leur triste sort. Et leur rapatriement ne semble pas régler le problème car au même moment de rapatriement, il y’a d’autres disséminés à travers d’autres pays du Maghreb qui sont prêts à tenter l’aventure. Et le rapatriement vers les pays d’origine est plus complexe et touche les ressortissants de plus de 40 pays d’Afrique, voire le Maroc est également concerné. Tout récemment, on a encore assisté au rapatriement forcé des réfugiés soudanais au mépris même des conventions internationales et avec comme conséquence la mort de dizaines de ces réfugiés. A peine la paix semble revenir au Sud Soudan, on ne peut pas par force rapatrier des gens dans un milieu où ils n’ont plus d’ancrage depuis plusieurs années et n’a pas non plus des infrastructures d’accueil adéquat. L’immigration clandestine n’est pas l’apanage de seuls pays africains et ne date pas d’hier, car les populations en difficultés ont toujours cherché de trouver des solutions dans des terres éloignées. Ce phénomène a toujours existé et continuera toujours aussi longtemps qu’il existerait des disparités dans l’accumulation des richesses entre les peuples. L’histoire la plus ancienne relate l’immigration juive vers l’Egypte. Vers les 16è et 19è siècles, il eut une forte immigration anglo-saxonne et germanique vers les Amériques. Il eut également l’immigration des Indiens, les Chinois, les Français, les Hollandais et les Anglais vers le Sud de l’Afrique (Afrique du Sud, Namibie, Zimbabwe, Madagascar etc.). Et ces flux migratoires sont loin d’être arrêtés car on les observe un peu partout dans le monde : l’immigration des Cubains et des Mexicains vers les USA, les Haïtiens vers la Guadeloupe, les boat people vietnamiens, les populations de Balkans vers l’Europe occidentale. L’Afrique n’est pas du reste car il existe une immigration interne qui part de l’Afrique de l’Ouest vers l’Afrique centrale et australe, un autre flux vers le Maghreb ; une autre vague part de l’Afrique centrale vers le Maghreb et vers l’Afrique australe. Il faut également épingler l’immigration anjouanaise et comorienne vers les îles de la Réunion et Mayotte. Face à cette donne, les responsabilités sont partagées entre les dirigeants africains, les puissances occidentales et les institutions financières internationales.

    LES PUISSANCES OCCIDENTALES

    La déliquescence des économies africaines est due en partie à la politique appliquée par les puissances occidentales après la période des indépendances qui a consisté à l’octroi des prêts et crédits aux dirigeants africains qui défendaient leurs intérêts idéologiques et économiques. Ces différents prêts et crédits n’ont pas aidé l’Afrique à se développer, mais plutôt à enrichir un certain nombre de dirigeants au détriment de l’intérêt général. La communauté internationale a longtemps fermé les yeux à ces pillages à large échelle de deniers publics perpétrés par leurs protégés. Et la responsabilité de ces puissances est largement démontrée car l’argent détourné a servi à se procurer des biens immobiliers en Occident et également placé dans des banques occidentales. Face à ce constat d’échec, ces mêmes puissances impérialistes ont inventé de nouveaux concepts de transparence, de bonne gouvernance, du respect des droits de l’homme, et de la démocratie. Les mêmes pays et dirigeants qui avaient soutenu les dictatures en Afrique s’érigent en défenseurs des droits de l’homme et donneurs de leçons. Et les économies africaines sont à genoux à cause du poids de la dette qui les tient en laisse. Par manque de répondant aux besoins élémentaires d’une grande frange de la population africaine et face à la misère de plus en plus criante, ces Africains trouvent l’Europe comme planche de salut et l’ultime recours. Pour contrer ces flux migratoires de plus en plus croissants, les Occidentaux ont durci les conditions de délivrance des visas, des titres de séjour et l’expulsion massive de sans papiers. Et on observe de longues files devant les consulats occidentaux des demandeurs de visas. Ce durcissement a amené ces candidats à l’immigration à se rabattre sur les pays du Maghreb qui sont frontaliers de l’Europe, les cas du Maroc, la Libye et la Tunisie.

     

    LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET LES INSTITUTIONS DE BETTON WOOD

    Tous les efforts, toutes les politiques et toutes les stratégies utilisés pour sortir l’Afrique du sous-développement ont été inefficaces. Et l’Afrique sombre davantage dans la misère. La plupart de programmes mis en place n’ont pas donné des résultats escomptés. Certains peuvent même d’être qualifiés des simples slogans : Santé pour tous d’ici 2000, Education pour tous, Autosuffisance alimentaire, les Objectifs du millénaire etc. Tous ces programmes ont été initiés sans tenir compte de la diversité de l’Afrique comme si l’Afrique est un même pays sans tenir compte de sa diversité et de la disparité de niveaux de développement et des ressources. Et la plus grave erreur commise a été le Programme d’ajustement structurel (PAS) qui a désarticulé les faibles économies africaines sans apporter des changements positifs. Il a plutôt entraîné des fermetures d’usines, des licenciements massifs des travailleurs et le rabattement des salaires ; en mettant plus accent sur le remboursement de la dette. Les pays africains ont emprunté plus de 240 milliards de dollars et en ont remboursé plus de 200 milliards et la grande partie de cette dette est constituée des intérêts de cette dette. Cette même communauté, face à l’échec de sa politique, a inventé de nouveaux concepts comme l’Initiative pays pauvres très endettés(PPTE),les Objectifs du millénaire, Nouvelle stratégie pour l’Afrique etc.

    LES DIRIGEANTS AFRICAINS

    René Dumont avait prédit que l’Afrique noire était mal partie et le temps lui donne raison car l’Afrique est malade. Ce continent dont la majeure partie des populations ne vivent que de l’agriculture avait adopté l’implantation des industries lourdes au détriment du développement du secteur agricole. Cette inversion de pyramide économique a engendré l’extraversion de l’économie qui a fait que les pays africains dépendent maintenant de l’extérieur pour couvrir leur déficit alimentaire qui nécessite des devises étrangères. La plupart de ces pays vivent de la rente des matières premières qui est tributaire des aléas des marchés mondiaux. A côté de ce mauvais choix économique, les dirigeants africains se distinguent par la gabegie, la concussion, le clientélisme et le pillage des richesses de leurs pays. La mauvaise gouvernance a conduit un grand nombre de ces pays en faillite. Des pays fortement endettés qui n’arrivent pas à faire face à leurs obligations : création des emplois, couverture sanitaire, paiement des salaires, protection alimentaire etc. Cela se traduit par la dégradation des infrastructures sanitaires et scolaires,par la recrudescence des maladies endémiques, par la paupérisation de la population,le chômage accru, l’accroissement de la mortalité, le manque d’accès à l’électricité et à l’eau potable etc

     

    En bref, c’est la faillite des dirigeants africains à apporter le bien-être social à leurs concitoyens qui est à la base de l’immigration croissante des populations.

    Quant aux récents événements du Maroc et de l’Egypte, les responsabilités sont partagées. Les pays européens doivent aider l’Afrique à rebâtir son économie et les crédits et aides à accorder doivent être affectés dans les secteurs susceptibles d’améliorer l’environnement économique et social de ces pays. La communauté internationale doit faire pression sur les dirigeants africains en les contraignant à une bonne distribution des richesses nationales. Et les programmes à mettre en place doivent tenir compte des spécificités de chaque pays et des réalités locales. Exiger à ces dirigeants d’adopter des budgets réalistes car une grande part de ces budgets vont à l’entretien des dirigeants et de leurs cours ; et seulement une portion insignifiante pour le développement. Comment développer un Etat aussi longtemps que le budget alloué à l’éducation ne dépasse pas les 10 % et celui de la recherche ne dépasse pas le 1 %. Par contre en France, le budget de l’éducation est le plus élevé.

    Pour renverser les flux migratoires des Africains vers l’Occident, il faut créer un environnement socio-économique capable de relancer les économies et susceptible de répondre aux nouveaux défis du développement dans les domaines de la santé, de l’éducation, du logement, création des emplois, accès à l’eau et à l’électricité etc. L’Occident n’étant pas un Paradis et l’Afrique ne pouvant être développée que par les Africains eux-mêmes. Si demain, les dirigeants africains arrivaient à faire de la bonne gouvernance leur cheval de bataille, beaucoup de ceux, qui avaient fui leurs pays, reviendraient pour contribuer à leur développement.| Herman Bangi Bayo( AEM). Ǿ

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :